was successfully added to your cart.

Cart

Pourquoi j’utilise une autre méthode que les 4 saisons

By 23 avril 2019 août 1st, 2019 Style
Nuancier de couleurs avec des couleurs de rouge à lèvres

Pour se sentir belle, rien de tel que de savoir avec précision ce qui nous met en valeur. Et choisir ses vêtements de la bonne couleur est un très bon moyen d’y parvenir.

Bien qu’il existe plusieurs méthodes d’analyse de couleurs, beaucoup pensent directement à la méthode des 4 saisons quand on leur parle de colorimétrie. Et il est vrai que c’est la méthode la plus répandue. J’ai pourtant de nombreuses clientes qui reviennent faire une analyse de couleurs chez moi, alors qu’elles ont déjà fait cette analyse. Les raisons sont à chaque fois les mêmes : elles n’ont pas bien compris comment distinguer les couleurs les unes des autres, et elles n’arrivent pas à retenir par cœur les couleurs de leur nuancier.

Personnellement ça ne m’étonne pas. Je vais vous expliquer les différentes méthodes qui existent, et pourquoi je n’utilise pas celle des 4 saisons.

Pourquoi existe-t-il plusieurs méthodes colorimétriques?

Il existe plusieurs méthodes d’analyse de couleurs parce que c’est liée à l’histoire de la colorimétrie. En fait, les couleurs ont été rigoureusement étudiées et scientifiquement décrites par Albert Munsell, comme expliqué dans cet article. Il a classé et décrit les couleurs selon 3 critères : est-ce que la couleur est plutôt chaude ou froide, est-elle plutôt claire ou sombre, et est-elle plutôt vive ou mat? En fonction de ces 3 critères, il a attribué un identifiant unique à chaque couleur et il les a situées sur un diagramme en 3D. Sa manière d’analyser et de catégoriser les couleurs est tellement précise qu’elle est toujours utilisée et enseignée dans les écoles des Beaux-Arts.

Dans les années ’60, le professeur de peinture Johannes Itten observe que quand il demande à ses élèves de peindre librement, sans consignes particulières, ils peignent en choisissant des gammes de couleurs harmonieuses, mais fort différentes d’un élève à l’autre. En essayant de catégoriser les tableaux, il remarque qu’il y a une corrélation entre les couleurs utilisées par ses élèves, leur apparence et leur personnalité. Et pour nommer ces 4 catégories, il choisit le nom des saisons. Dans ses travaux, Itten ne fait nulle part mention d’un lien entre les catégories de peintures de ses élèves et les couleurs de la nature à un moment précis de l’année.

Du côté du stylisme, la styliste modéliste californienne Suzanne Caygill remarque dans les années ’40 un lien entre la personnalité de ses clientes, les couleurs qu’elles portent naturellement en elles (dans leurs cheveux, leurs yeux, leur peau) et les harmonies des couleurs de la nature. Elle crée une théorie qui relie chaque personnalité à une saison, et c’est ainsi qu’apparait la méthode des 4 saisons. Au départ de cette théorie se trouve donc bien l’analyse de la personnalité. Ce n’est que plus tard qu’elle a intégré la colorimétrie à son analyse, pour créer alors la méthode des 8 saisons en tenant compte des 3 critères scientifiques de la couleur. La méthode des 8 est donc bien une méthode de colorimétrie, mais pas la méthode des 4 saisons qui est au départ une classification de personnalité.

Quelle est la méthode que j’utilise?

Pour ma part, j’utilise 2 méthodes proches mais pas tout à fait identiques. Elles se basent toutes les 2 sur les critères de Munsell : la méthode combinatoire et la méthode de la dominante. Ces 2 méthodes donnent des résultats quasi identiques, ce qui les différencie c’est comment on prend en compte la couleur de cheveux de la cliente (puisque ceux-ci peuvent être teints) et la manière de répartir les familles de couleurs dans le nuancier.

Pour faire court, la méthode combinatoire ne prend pas en compte la couleur de cheveux si ceux-ci sont teints. Cette méthode est la plus précise mais la cliente en ressort souvent avec un éventail de couleurs assez restreint. Cela a l’avantage que les couleurs sont en parfaite adéquation avec la personne, mais cela limite très fort le choix des teintes à porter (en particulier lors d’événements avec un dresscode stricte) et donc à trouver en magasin. De plus, ces éventails n’incluent pas de couleurs « neutres » et l’analyse doit impérativement être faite en présentiel.

De son côté, la méthode de la dominante met en avant le critère dominant de la personne, et elle peut se faire à distance. Ce critère définit 75% des couleurs du nuancier et inclut également les couleurs « neutres » de la personne. Cela laisse un peu plus de liberté aux femmes dans leurs choix vestimentaires et leur simplifie aussi la vie quand elles font leur shopping.

Ce que je vous conseille?

Pour moi, chaque cliente qui fait une analyse de couleurs doit, en sortant de la consultation, être autonome et capable de choisir les bonnes couleurs quand elle est en magasin. C’est la base même d’une consultation de qualité, pour ne pas dire la base de notre métier. Et je suis toujours triste d’entendre des femmes me dire qu’elles ont reçu un nuancier mais qu’elles ne savent pas s’en servir, ou que même avec leur nuancier elles ne sont pas sûre de choisir la bonne couleur de vêtement.

C’est la raison pour laquelle j’enseigne aux femmes que j’accompagne les 3 critères de la couleur. Je ne le fais pas pour enrichir leur culture générale, je le fais parce que c’est indispensable pour analyser les couleurs et savoir les distinguer. Le nuancier est un soutien, un aide-mémoire, mais je sais d’expérience que vous ne l’aurez pas toujours dans votre sac à main le jour où vous avez 10 minutes à perdre, où vous rentrez dans une boutique, et où vous trouvez justement un vêtement qui vous plait.

Et pour arriver à cette autonomie, pour être capable de choisir le bon rouge, le bleu adéquat ou le vert idéal pour votre carnation, il n’y a pas de miracle : faire des exercices, et des exercices, et encore des exercices. L’œil est un muscle. C’est comme un sport, au plus vous vous exercez, au plus c’est facile.

Alors si vous souhaitez faire (ou refaire) votre analyse de couleurs, ou si vous avez simplement envie d’apprendre à distinguer des couleurs, contactez-moi ici. Je vous reçois à Bruxelles pour une analyse combinatoire en présentiel, ou par Skype pour un diagnostic de la dominante. Dans les 2 cas vous aurez un nuancier personnalisé et vous saurez différencier les couleurs entre elles !

A très vite !

Marie

Avatar Photo de profil Marie de Moerloose

Marie est experte auprès des femmes qui se sentent mal dans leur peau, mal dans leur corps ou mal dans leurs fringues, et qui veulent (re)prendre soin d’elles-mêmes pour se sentir Femme avec un grand F et rayonner. Elle les aide à se reconnecter à leur féminité et à développer leur confiance en elles et leur estime personnelle. Marie s’est formée au conseil en image, à l’aromathérapie et aux fleurs de Bach. Elle est également Maman d’un petit garçon et c’est son histoire personnelle qui l’a amenée à accompagner d’autres femmes et en particulier les mamans. www.mariedemoerloose.com

Leave a Reply