was successfully added to your cart.

Cart

Des photos comme thérapie corporelle

By 5 septembre 2019 septembre 10th, 2019 Beauté, Photo, Tranche de vie
photos de Marie de Moerloose prises par Jean Mahaux

Vous vous demandez sans doute comment on peut se réconcilier avec son corps en faisant des photos? C’est ce que j’ai moi-même voulu découvrir cet été.

C’est à l’automne dernier que j’ai entendu parler de Jean Mahaux et de la photo-thérapie pour la première fois. Ensuite, je n’ai pas arrêté de voir ses photos un peu partout sur internet et dans des magasines. Et il faut reconnaître que toutes ses photos sont vraiment belles ! Alors pour fêter la réussite de mon examen d’aromathérapie, j’avais envie d’aller plus loin dans ma reconstruction et dans l’acceptation de qui je deviens avec les années.

Faire des photos ne me faisait qu’à moitié peur. J’avais déjà fait une séance quand j’étais enceinte de mon fils. Et j’avais bien aimé l’expérience. Mais 4 ans plus tard, mon corps de maman a bien changé. Depuis la maternité, je n’ai plus été à l’aise avec mon ventre, mes bras, même mes jambes. En parallèle, malgré mes 35 ans et un enfant, on me dit régulièrement que je ne fais pas mon âge. Récemment quelqu’un m’a encore donné 27 ans… En soi, c’est plutôt flatteur mais cela me joue aussi des tours professionnellement parlant quand certains pensent que je suis encore une jeune diplômée avec peu d’expérience.

Après plusieurs semaines d’hésitations, de peurs et de doutes, je finis par appeler Jean juste pour avoir quelques renseignements sur son travail. De fil en aiguille, un rendez-vous est fixé. Que je reporterai pour plein de bonnes et de mauvaises raisons… La principale étant que j’étais pétrifiée. De me montrer telle que je suis.

Ce qui m’attend le jour J est évidemment différent de ce que j’avais imaginé. Après avoir été maquillée et coiffée par Manon, ce que j’apprends surtout, c’est à être. Pas à paraître, juste à être. Et à dévoiler progressivement qui je suis.

La force de Jean, c’est sa capacité à nous faire reconnecter à nos émotions. Tout au long du shooting, il m’a donné les mots clefs pour plonger dans mon âme et dans mes émotions, pour aller chercher cette puissance et cette force qui est à l’intérieur de moi. Pour y arriver, j’ai pensé à mon fils, à ce que je voulais faire de ma vie, à ce qui avait du sens pour moi. En faisant ça, je me suis reconnectée à cette joie intérieure qui me fait vibrer, à ce feu intérieure qui m’anime. Au quotidien, ce feu n’est souvent qu’une petite flamme. Au fond de moi, j’aime croquer la vie à pleines dents. Mais en parallèle j’ai parfois l’impression que trop de joie ou de positivisme passent pour de l’exubérance ou de la vantardise. Du coup je n’ose pas toujours montrer cette partie-là de mon caractère.

En milieu de matinée, quand Jean m’a montré les premières photos du shooting, ce fut difficile pour moi de les voir. Je ne me reconnaissais pas, ce n’était pas vraiment moi. Il a fallu que j’accepte de jouer le jeu, en me laissant surprendre. Comme j’étais là pour la journée je me suis dit qu’il valait mieux en profiter, je verrai bien où ça me mènerait.

Au fil des heures, mon regard a changé. Indépendamment des tenues et des coiffures, j’ai osé me lâcher et mes yeux ont commencé à montrer qui j’étais vraiment. On dit que les yeux sont la fenêtre qui s’ouvre sur l’âme qui habite le corps… je vous laisse juger par vous-même. En tout cas mon visage s’est peu à peu ouvert. Les photos sont devenues plus réelles, plus authentiques, je me reconnaissais de plus en plus. C’était surprenant de voir comment mon regard se transformait, comment ma personnalité sortait de l’ombre au fur et à mesure de la journée.

photos de Marie de Moerloose prises par Jean Mahaux

Bien sûr, j’ai fini par dire à Jean « oui mais ces photos sont belles parce que tu es un excellent photographe ». Et sa réponse m’a laissée pantoise. Il m’a dit qu’il ne pourrait rien faire si le modèle qu’il photographie n’a rien à montrer. C’est sûr qu’il maîtrise son appareil photo et que la pièce est baignée d’une belle lumière naturelle. Mais il n’a pas tort en disant qu’il ne pourrait rien sans le modèle…

En plus du travail remarquable de Jean, je dois aussi beaucoup à Manon, la maquilleuse-coiffeuse. Elle m’a chouchoutée 3 fois sur la journée pour m’aider à faire ressortir ma vraie personnalité. Sa douceur et sa présence tout au long des shootings m’ont fait beaucoup de bien. D’abord parce que pour se sentir à l’aise devant l’objectif, ça aide de se sentir belle. Mais aussi parce que sa présence féminine m’a apporté la sécurité dont j’avais besoin pour me lâcher et sortir de ma zone de confort. J’ai osé me dévoiler bien plus que je ne l’aurais fait sans la présence d’une femme.

Ce qui est certain, c’est que cette journée est un processus à vivre. Ces photos ne peuvent se réussir que grâce à une confiance entre tous: Manon pour prendre soin de moi, Jean pour capter l’intensité de ma personnalité, et moi… pour oser la montrer!

portrait de Marie de Moerloose par Jean Mahaux

En quittant le studio en fin d’après-midi, j’avais compris que mon feu intérieur existait toujours. Et que c’est en m’y connectant que je trouverais l’énergie d’Être au quotidien. Pour traverser les épreuves de la vie mais aussi pour accompagner mes clientes sur leur propre chemin. Pour relever des challenges, pour sortir de ma zone de confort, pour faire des choses qui ne sont pas une habitude. Pour intégrer de nouvelles pratiques dans ma routine quotidienne.

Ce fut un réel processus de transformation, un chemin d’exploration d’intérieure, pour aller chercher la Femme que je suis au-delà des rôles que j’ai dans la vie quotidienne. Aller rechercher cette puissance féminine qui est à l’intérieur de moi et que je n’ose pas exprimer au quotidien. Par peur d’être jugée trop bruyante, prenant trop de place, trop dérangeante. Par facilité aussi, parce que je ne m’y connecte pas souvent donc ce n’est pas quelque chose d’automatique ou de facile que d’aller chercher cette ressource intérieure.

Je suis donc ressortie de cette expérience avec un lien que j’ai pu recréer avec cette Femme que je suis à l’intérieur de moi, avec mes envies, mes ambitions, avec mon corps de femme. J’avais vraiment besoin de me connecter à ce qui me fait me fait vivre, à ce qui est bon pour moi, à mon énergie. Ce qui est fou, c’est qu’on m’a souvent décrite comme « une main de fer dans un gant de velours ». Or c’est exactement l’impression que je ressens en regardant les dernières photos de la journée.

Ma féminité à moi, c’est là qu’elle se situe. C’est me sentir Féminine tout en me sentant Femme dans mon corps et dans mon âme. C’est avoir accès aux puissances qui m’habitent sans faire appel à la force. C’est arrêter d’avoir peur, tirer les épaules en arrière et regarder droit dans les yeux.

Avatar Photo de profil Marie de Moerloose

Marie est experte auprès des femmes qui se sentent mal dans leur peau ou dans leur corps, et qui veulent (re)prendre soin d’elles-mêmes pour se sentir Femme avec un grand F et rayonner. Elle les aide à se reconnecter à leur Féminité et à développer leur confiance en elles et leur estime personnelle. Marie s’est formée au conseil en image, à l’aromathérapie et aux fleurs de Bach. Elle est également Maman et c’est son histoire personnelle qui l’a amenée à accompagner en particulier les mamans. www.mariedemoerloose.com

Join the discussion One Comment

Leave a Reply